Megaupload: Le procès de Kim Dotcom ouvert au monde entier

Kim Doctom est le fondateur de Megaupload, un site web de téléchargement direct qui a été fermé en 2012 par les autorités américaines. Son arrestation intervient également à cette même date. Parmi les actes d’accusation, on y retrouve la violation du droit d’auteur. Son extradition a été validée par un juge néo-zélandais. Il conteste d’ailleurs cela et demande à ce que son audience fasse l’objet de diffusion sur web, chose acceptée par le juge.

Rappel des faits

En 2005, Kim Schmitz, de son vrai nom Kim Doctom lance Megaupload, un site qui offrait la possibilité aux internautes de télécharger un certain nombre de fichiers. Puis en 2010, le gouvernement américain lance une campagne de lutte contre le piratage qui a entrainé la fermeture de plusieurs sites. Février 2012, c’est au tour de Megaupload de baisser les rideaux. Il est reproché à Kim Doctom de s’être enrichi avec des œuvres de certains musiciens et acteurs, mais aussi d’autres produits piratés.

Megaupload: Le procès de Kim Dotcom ouvert au monde entier

Kim Dotcom

Janvier 2012, il fut arrêté par les autorités néo-zélandaises. Quelques jours après son arrestation, il introduit une demande de liberté sous caution qui sera rejetée puis acceptée par la suite par le juge. Il se voit interdire l’accès à internet et tous ses avoirs sont gelés. Pendant cette même période, les États-Unis introduisent une demande d’extradition. Cette dernière a été autorisée, mais Kim Doctom n’a pas voulu se plier à la décision et fait appel auprès de la Haute Cour d’Auckland. Cependant, avant l’ouverture des débats son avocat avait demandé à ce que l’audience soit diffusée sur internet.

Les audiences du procès diffusées sur le web

Afin de prendre l’opinion publique comme témoin, Kim Doctom avait demandé au juge de la Haute Cour de justice néo-zélandaise la retransmission des débats sur web. Il a obtenu gain de cause. Toutefois, la décision a été contestée par les Américains qui estiment que cela pourrait avoir un impact sur le jugement du jury aux États-Unis si l’accusé venait à être extradé. Malgré leur opposition à la diffusion, le juge a tout de même donné suite à la demande de l’avocat.
Ce dernier avait précisé dans sa requête qu’une telle position permettrait à son client de bénéficier d’un procès équitable. Ainsi, il sera possible à l’intérêt international et public de prendre conscience du procès. Depuis un certain moment, Kim avait dénoncé l’acharnement dont il faisait l’objet. Ce qui l’a amené à faire cette requête pour montrer à l’opinion publique l’injustice qui entoure cette affaire.

Certaines conditions requises pour la diffusion

Toutefois, l’acception du juge est assortie de quelques conditions. En effet, il a demandé à ce que le procès soit transmis avec un retard de 20 minutes. Ce qui donnerait à la Cour la possibilité de retirer certaines informations qui pourraient être confidentielles. L’autre point aussi demandé par le juge, les vidéos devront être supprimées sur internet une fois que le procès sera terminé.
Elle débutera mercredi et le cameraman aura l’obligation de mettre en place convenablement et de manière professionnelle son matériel. Une audience de ce genre n’est pas la première qui se déroule sur le sol néo-zélandais. Des procès avaient été filmés bien avant celui-ci. À la suite de l’avis favorable du juge, Kim Doctom avait crié victoire dans sa lutte pour son extradition via son compte twitter.

Qu’est-ce qui attend Kim Doctom aux États-Unis ?

À l’accusation de violation du droit d’auteur vient s’ajouter celui de conspiration de violation de copyright, de conspiration de blanchiment d’argent et de racket. Dans un communiqué du FBI, Megaupload est considérée comme une « entreprise criminelle organisée internationale ». Il a engendré 175 millions de profit et entrainé des pertes pour les ayants droit qui s’élèvent à plus de 500 millions.
Son fondateur risque une peine de 20 ans s’il venait à être extradé vers les États-Unis. Arrêté avec trois anciens de Megaupload, Bram Van der Kolk, Finn Batato et Mathias Ortmann, ils sont tous poursuivis pour les mêmes crimes. Pour sa part, Kim Doctom par le biais de ses avocats a fait savoir qu’il était prêt à aller jusqu’à la Cour Suprême pour contester cette décision même si cela devait prendre des années. « C’est un marathon, pas un sprint », d’après un de ses avocats.

4.8

Leave a Reply